All Posts By

Samaki Kohn Khmer

Magnifique performance de Phare Ponleu Selpak

Voici un retour sur les performances de Phare Ponleu Selpak, PPS pour les intimes, garantie sans spoiler (ou presque).

Nous y sommes…

Arrivés à la seconde au festival Parades où se réunissent plusieurs horizons artistiques, les curieux et moi-même se pressent au-devant de la scène, appelés par une musique envoûtante. Les artistes khmers nous prennent par la main et nous embarque dans un voyage dont l’éventail émotionnel oscille allègrement.

A travers le personnage de Sokha, Khuon Det, le fondateur et directeur artistique de Phare Ponleu Selpak nous trace son histoire personnel, ses souvenirs et sa vision de la guerre. Cirque, art visuel, musique khmère, danse, théâtre tout y est. J’ai été frappé par la pointe de modernité et l’écriture du spectacle.

Remerciés par un tonnerre d’applaudissement à Nanterre, les artistes de Battambang représentent par l’une des plus belles manières le peuple khmer.
De quoi être fier.

Ratana Skk

IMG_6814 IMG_6790 IMG_6743 IMG_6738 IMG_6677

Comprendre l’exode des travailleurs Khmers depuis la Thaïlande

Reprenons depuis le début … Beaucoup de khmers quittent le Cambodge pour trouver un travail dans les pays voisins. Ceci est du au manque d’attention de la part du gouvernement cambodgien face aux personnes « non qualifiées » et les plus démunies. Les salaires trop bas, les conditions de travail horribles, et aucune loi du travail à proprement dit, conduisent à cet exode.

La Thaïlande est depuis des dizaines d’années, l’Eldorado de millier de familles cambodgiennes, qui y voit un potentiel de travail (et donc de salaire), plus alléchant que dans leur propre pays.

En Thaïlande, les Cambodgiens travaillent principalement dans la construction/bâtiment, l’agriculture ou les élevages de fruits de mer. Ils bénéficient d’un meilleur salaire en étant immigrés illégaux en Thaïlande que salariés au Cambodge (mais là, nous partons sur un autre débat…)

La plupart d’entre eux sont illégaux et travaillent « au noir » pour des entreprises thaïlandaises. Ces dernières voient dans les cambodgiens, une main d’œuvre pas chère et efficace, qui fait le « sale boulot », les taches dont les thaïlandais ne veulent plus. Ils acceptent également un salaire plus bas que les thaïs.

On compterait plus de 200 000 immigrés Cambodgiens en Thaïlande, dont 80 000 légaux.

22 Mai 2014, Coup d’état en Thaïlande

2014-05-22T111935Z_1406280854_GM1EA5M1HK502_RTRMADP_3_THAILAND-PROTEST_0

Le 22 Mai dernier, l’armée thaïlandaise prend le control du pays, mettant sur le banc de touche le « clan Taksin » (très proche du gouvernement cambodgien).

C’est alors que tout commence… La junte militaire a décidé de lancer une opération contre les travailleurs illégaux en Thaïlande. Cette opération touche toutes les nationalités, les khmers bien sur, mais aussi les birmans, les américains, les russes, etc… personne ne sera épargné.

Focalisons nous sur les cambodgiens … (en gardant en tête que, malgré tout, les peuples thais et cambodgiens se détestent depuis des décennies)

Bien que la junte militaire insiste sur le fait qu’il n’y aura pas de répression violente envers les travailleurs illégaux, les rumeurs fusent. Des travailleurs cambodgiens ont témoignés lors de leur arrivée à la frontière (Poipet), assurant que l’armée thaïlandaise les avait arrêtés, forcés à quitter leurs domiciles, le tout en les menaçant de violences s’ils refusaient d’obtempérer. Des coups de feu aurait été tirés dans le vide pour effrayer les familles.

« La junte militaire dément ces rumeurs, la confusion règne. »

Toutefois, la rumeur s’est propagée dans la communauté cambodgienne ; suite aux paroles de leurs confrères, une grande majorité de cambodgien a décidé de quitter la Thaïlande pour rentrer au pays. Ils ne se sentent plus en sécurité en Thaïlande, et leurs familles restées au Cambodge les somment de rentrer. Ils pensent que l’armée veut se débarrasser d’eux et que les soldats n’hésiteraient pas à tirer pour arriver à leur fin.

Depuis une semaine, des dizaines de milliers de Khmers ont passé la frontière à Poipet. Des trains plein à craquer, de longues files d’attentes en plein soleil, des camions remplis de personnes et de vivres, des regards perdus, effrayés, … c’est le tableau que nous pouvons voir actuellement au check-point de Poipet.

Personne n’est à même de dire si cette situation sera durable ou non, en attendant, les entreprises thaïlandaises risquent d’en prendre un coup car beaucoup de postes resteront vides, puisque les thaïs refusent ces emplois non qualifiés.

 Et du coté Cambodge ?

654118-des-travailleurs-illegaux-cambodgiens-a-poipet-dans-la-province-cambodgienne-de-banteay-meanchey-le-

Face à cet exode, le gouvernement et l’armée cambodgienne ont déployé des centaines de camions pour accueillir les travailleurs à Poipet et les conduire dans leurs provinces. Le ministre du travail s’est rendu en personne au poste frontière pour accueillir les migrants la semaine dernière. Madame l’ambassadeur du Cambodge en Thaïlande, Eat Sophea, a demandé à son peuple de rester calme et de ne pas croire les rumeurs sur les répressions de l’armée. D’après elle, les autorités thaïlandaises vont coopérer avec les autorités cambodgiennes pour gérer la situation au mieux.

Les autorités aux postes frontières ont recensé un grand nombre de femmes et enfants, plus que d’hommes. Il semblerait que les familles et amis restés au pays influencent beaucoup les travailleurs cambodgiens en Thaïlande à rentrer. Le gouvernement quant à lui, n’a à ce jour fait aucune déclaration officielle pour ses milliers de travailleurs.

La question est, comment ces migrants cambodgiens vont-ils se réintégrer dans l’économie cambodgienne, si fragile et instable ? Vont-ils rester au Cambodge ? Vont-ils tenter de revenir en Thaïlande ?

Le problème est irrésolu et ouvre de grandes questions quant à l’avenir de l’industrie et de la politique thaïlandaise, mais aussi sur l’avenir de tous ces travailleurs.

Sorya SKK

 

Le Cambodge pour la 1ère fois aux fêtes consulaires

Le Cambodge a été dignement représenté ce week-end par la communauté lyonnaise sur la place Bellecour (la 3ème plus grande place de France).

Il s’agissait de la 13 ème édition des fêtes consulaires organisées par la Ville de Lyon. Grâce à l’implication du consul du Cambodge en France, c’est la 1ère fois que le Cambodge fait son apparition parmi les autres pays. Pas moins de 63 consulats ont participé aux festivités : Cambodge, Japon, Mexique, Mali, Russie, Philippines, Tunisie, Brésil, Guinée, Italie, Roumanie, République Tchèque….

Les associations lyonnaises, les jeunes khmers de Lyon et du Cambodge se sont mobilisés pour faire honneur au Cambodge : présentation des danses apsara, danse des souhaits et des cocos, neary chea chour, défilé en tenues traditionnelles et chants pour montrer la fierté d’être khmer.

Un stand également pour présenter le tourisme, l’art sous toutes ses formes, la langue…Et pour partager des spécialités cambodgiennes à tout les visiteurs. Une ambiance très festive. On se croyait au pays !

Beaucoup de moments de partage avec les autres pays. On pouvait notamment voir une danse entre la Thaïlande et le Cambodge devant les stands avec les drapeaux respectifs. Des échanges entre les jeunes khmers de France, les aînés, les étudiants khmers du Cambodge et les nombreux visiteurs des 5 continents du monde.

Suite à ce succès, les khmers de Lyon vous donnent rendez-vous l’année prochaine pour la 14ème édition. »

Sovana

LUMIERE SUR LE PEUPLE KHMER KROM DU VIETNAM

Une date importante de l’Histoire du Cambodge est à commémorer : celle du 4 juin 1949. C’est la date à laquelle le Kampuchea Krom (littéralement « Cambodge d’en bas »), région du sud du Cambodge, est devenue le Sud du Vietnam actuel.

10_Sreang-Sovanna-(left)-and-Thanch-Khan-(right)-at-Wat-Samaki-Rangsei-with-the-flag-of-the-Khmers-Kampuchea-Krom-FederationVénérable Sreang Sovanna tenant le drapeau du Kampuchea Krom et Vénérable Thanch Khan au Wat Samaki Rangsei

Les conditions de la perte du Kampuchea Krom ne s’est pas faite sans douleur ni heurt : beaucoup de khmers krom (les habitants du Kampuchea Krom) se sont vus contraints de fuir les répressions ; d’autres ont fait le choix de rester sur leurs terres ancestrales. Dès lors, les khmers kroms sont devenus une minorité ethnique du Vietnam profondément attachés à leur culture, leur langue, leurs traditions et leur culte. Ils ont des droits et des libertés garantis par la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

Khmer Krom traditionsKhmers Krom fêtant le Nouvel An Khmer traditionnel sur 3 jours

65 ans après, comment vit aujourd’hui cette minorité au Vietnam ? C’est à cette question que la Fédération des Khmers du Kampuchea Krom (FKK), représentant pacifique mondial des Khmers Krom, tente de répondre. Le simple constat de certains faits est malheureusement inquiétant. La majorité des Khmers Krom sont pauvres, démunis, analphabètes ou ayant peu d’instruction. « Beaucoup d’entre eux vivent sous le seuil de pauvreté, et ont un accès limité à l’information et aux ressources », explique la FKK. A cela s’ajoutent certains faits qui questionnent sur l’intérêt du Vietnam quant au sort des Khmers Krom vivant sur leur sol, voire sur le respect de leurs droits fondamentaux. Par exemples : la condamnation en septembre 2013 de deux moines bouddhistes d’origine khmer à plusieurs années de prison pour avoir enseigné à des enfants d’origine khmer krom le cambodgien, ou encore la confiscation des terres, l’abandon sans soins de Khmers Krom touchés par une épidémie de cécité, la discrimination et le non-respect des femmes.

VenLieNy_ThachThuol_InCourtProcès du Venerable Thach Thuol et du Venerable Lieu Ny Facing

En réalité, les Khmers Krom du Vietnam souffrent silencieusement et ont terriblement besoin d’aide. Nous devons réagir et soutenir le peuple Khmer Krom ! Nous pouvons contribuer à améliorer leurs conditions de vie. La FKK propose différentes actions qui vous permettent d’y contribuer :

–        Participer aux manifestations pacifiques organisées par la FKK

–        Faire des dons pour la santé

–        Devenir membre actif de la FKK

–        Ecrire à votre politicien local et national afin qu’il prenne la parole au Vietnam au nom des Khmers Krom

–        Ecrire ou faire des recherches sur les Khmers Krom

–        Aider à scolariser les enfants Khmers Krom démunis ou parrainer un étudiant.

Pour plus d’infos sur la FKK et la situation des Khmers Krom au Vietnam, visitez les sites internet www.khmerkrom.org ou www.khmerkrom.net

Léone SKK.

 

Souhaitons un joyeux anniversaire à l’AJBK !

L’Association des Jeunes Bouddhistes Khmers (AJBK) vient de fêter ses 16 ans. Nous souhaitons lui transmettre nos meilleurs vœux de succès pour sa 16ème année.

L’association œuvre activement à la préservation et à la transmission d’un élément majeur de notre identité culturelle : la danse classique khmère. Les initiatives comme celles de l’AJBK sont très importantes pour la communauté khmère et son identité. C’est grâce à de telles initiatives que la danse n’a cessé de renaître malgré les nombreuses attaques qu’elle n’a cessé de subir depuis des siècles. Menacée à nouveau d’extinction des suites du régime Khmer Rouge, ce n’est que près de 20 ans plus tard que l’AJBK a pu voir le jour grâce aux mouvements de cambodgiens qui ne souhaitent pas la disparition de cet art. Quand on voit le travail accompli par l’AJBK aujourd’hui, on se félicite de voir que les jeunes cambodgiens s’impliquent dans la préservation d’un art qui fait la fierté de notre pays.

Alors, un grand bravo et un grand merci à l’AJBK et à ses jeunes élèves. Joyeux anniversaire, et continuez ainsi à faire vivre l’art de la danse khmère !

Vous pouvez en savoir plus dans notre précédent article sur la danse classique: http://samaki.fr/2014/03/27/le-ballet-classique-khmer/

Pour plus d’info sur l’association, les cours et les représentations : http://ajbk.zxq.net

Aimez et partagez ! Like & share !

Léone Skk