Category

Arts

Souhaitons un joyeux anniversaire à l’AJBK !

L’Association des Jeunes Bouddhistes Khmers (AJBK) vient de fêter ses 16 ans. Nous souhaitons lui transmettre nos meilleurs vœux de succès pour sa 16ème année.

L’association œuvre activement à la préservation et à la transmission d’un élément majeur de notre identité culturelle : la danse classique khmère. Les initiatives comme celles de l’AJBK sont très importantes pour la communauté khmère et son identité. C’est grâce à de telles initiatives que la danse n’a cessé de renaître malgré les nombreuses attaques qu’elle n’a cessé de subir depuis des siècles. Menacée à nouveau d’extinction des suites du régime Khmer Rouge, ce n’est que près de 20 ans plus tard que l’AJBK a pu voir le jour grâce aux mouvements de cambodgiens qui ne souhaitent pas la disparition de cet art. Quand on voit le travail accompli par l’AJBK aujourd’hui, on se félicite de voir que les jeunes cambodgiens s’impliquent dans la préservation d’un art qui fait la fierté de notre pays.

Alors, un grand bravo et un grand merci à l’AJBK et à ses jeunes élèves. Joyeux anniversaire, et continuez ainsi à faire vivre l’art de la danse khmère !

Vous pouvez en savoir plus dans notre précédent article sur la danse classique: http://samaki.fr/2014/03/27/le-ballet-classique-khmer/

Pour plus d’info sur l’association, les cours et les représentations : http://ajbk.zxq.net

Aimez et partagez ! Like & share !

Léone Skk

 

PHARE PONLEU SELPAK EN TOURNEE EN FRANCE

Pour tous les amoureux du cirque, la troupe khmère Phare Ponleu Selpak (PPS) entame une tournée dans tout l’Hexagone.

PPS réunit des artistes professionnels de différentes écoles d’art pour nous proposer une nouvelle création.

Sept circassiens, deux musiciens et un plasticien utilisent avec éclat des techniques variées pour retracer l’histoire du Cambodge au travers d’un personnage : Sokha. Chaque tableau correspond à une tranche de vie de cette cambodgienne qui a connu les Khmers Rouges, l’exil et la reconstruction.

Variations de musique, de matières, de peinture et d’émotions, pour cette création inspirée de faits réels.

N’hésitez pas à aller nombreux les soutenir et les applaudir 🙂

Rémi SKK

Teaser du spectacle : sokha

Vidéo de présentation de Phare Ponleu Selpak : vidéo de présentation

Sans titre

Exposition de l’artiste Séra

Venez découvrir l’exposition Séra et rencontrer ce talenteux artiste le 26 avril ! Plus connu pour ses nombreuses BD, Séra est un artiste complet, élu en 2012 parmi les « 101 meilleurs artistes contemporains » pratiquant le dessin, la peinture, la sculpture et la gravure. Très engagé au Cambodge, il s’est investit dans l’animation d’ateliers artistiques au Cambodge de 1999 à 2011, et est, depuis 2012 directeur pédagogique de l’école Phare Ponleu Selpak de Battambang dont nous avons eu la chance de découvrir quelques oeuvres à l’exposition « Regards sur le Cambodge » qui s’est terminé tout récemment. Ne manquez pas l’exposition ! Elle ne durera que jusqu’au 3 mai ! Informations pratiques Horaires : du mercredi au samedi de 14h à 19h Adresse : 17 rue Saint Paul, 75004 Paris Métro : Saint Paul, Bastille, Sully Morland www.galerieoblique.fr

– 10253382_1443025415940153_2136585657_n

– Léone S.K.K.

EXPOSITION ARTISTISTIQUE JUSQU’AU 19 AVRIL 2014 A PARIS

EXPOSITION ARTISTISTIQUE JUSQU’AU 19 AVRIL 2014 A PARIS

La Galerie Librairie IMPRESSIONS à Paris vous propose, jusqu’au 19 avril 2014, une exposition de plusieurs artistes à découvrir absolument !

La galerie s’ouvre sur l’exposition photo « Cambodge, le danseur de mémoires » de Georges A. Bertrand. Le photographe a souhaité montré la résistance de l’art de la danse classique khmère  malgré la tentative de sa destruction durant le régime Khmer Rouge.  Il choisit de concentrer ses photos sur le rituel de préparation d’un jeune danseur comme pour montrer que la jeunesse cambodgienne d’aujourd’hui n’a pas l’intention d’abandonner cet  art ancestral ni les rituels qui y sont liés.

01

Au sous-sol, vous attend l’exposition « Regards sur le Cambodge » à travers de somptueux tableaux d’art contemporain, issus de jeunes artistes cambodgiens, à peine âgés de 20 à 24 ans, formés par l’association Phare Ponleu Selpak situé à Battambang. J’ai eu beaucoup d’émotions à voir ce que sont capables de faire des jeunes cambodgiens quand on leur donne les moyens de développer leurs sens artistique inné. J’ai eu la chance de discuter avec deux auteurs des tableaux présentés. Ils expliquent qu’ils aiment représenter la vie de tous les jours. Mais il est marquant de constater que leur vie de tous les jours est essentiellement liée à leur relation aux autres. En effet, les tableaux représentent essentiellement des portraits, des portraits de cambodgiens dont ils parviennent à donner une présence incroyable, si bien que l’on reste facilement scotché un bon moment devant chaque portrait. Seul bémol, on aimerait en voir beaucoup plus ! Mais la rareté participe au trésor. Je vous conseille vivement de découvrir leurs œuvres, les auteurs ont fait le chemin vers nous depuis le Cambodge, à nous de faire un pas vers eux. En somme, un must see à ne pas rater !

02

Informations pratiques :
GALERIE IMPRESSION
98 rue Quincampoix
75003 Paris
Attention ! Horaires restreints :
– mercredi de 18h à 21h
– le samedi de 14h à 20h

-Léone S.K.K.

Le ballet classique khmer

Sans titre

LE BALLET CLASSIQUE KHMER

Le Cambodge est connu dans le Monde entier par son Art de la Danse. Ces jeunes femmes gracieuses avec leur visage expressif et envoutant et leur corps se livrant à une gestuelle tout en souplesse et précision, composent le corps du Ballet Classique Khmer. Elles sont souvent assimilées à des créatures célestes car chaque danse est directement inspirée par des scènes du monde des cieux comme « Reamker » (le Ramayana khmer) ou des bas-reliefs des Temples d’Angkor.

01

Chaque geste désigne une situation ou une émotion différente. La précision des mouvements est très marquée dans le Ballet Khmer. Tel geste dans telle posture des bras et des jambes a valeur de mot, et les mouvements enchaînés les uns avec les autres prennent valeur de phrase. Ces gestes sont accompagnés par un véritable jeu de regard. Il faut emmener le spectateur en voyage. Les ballerines ont le pouvoir de transporter le public dans l’Histoire ou ces Légendes d’antan en leur faisant ressentir les émotions qu’elles véhiculent.

Les costumes majestueux, participent à la beauté du spectacle car ils ne sont pas que des habits de fil doré mais ils représentent la grandeur de la Culture Khmère.

L’habillage nécessite tout un rituel pour éviter de froisser les Génies de la Danse. Le « respect « est le maître mot des coulisses. Avant chaque représentation les couronnes, les masques, les bijoux et autres accessoires doivent faire l’objet d’une cérémonie spirituelle, pour demander l’autorisation des Génies et des Maîtres de cet Art, de les utiliser. Ainsi les ballerines pourront danser sans craintes d’accidents particuliers. C’est comme s’il y avait une sorte de contrat entre les danseuses et le monde spirituel. Les costumes permettent de différencier les ballerines entre elles car les rôles masculins sont également endossés par les femmes sauf les rôles de géant, singe, génie etc. Les « Nieng » (rôle féminin), portent un grand drapé cousu sur mesure sur elles, respectant à merveilles leurs formes. Les « Narong » (rôle masculin) totalement à l’opposé portent par exemple, en signe distinctif, de grandes épaulettes exprimant à la fois force et virilité. Les costumes épousent alors parfaitement le corps de la ballerine et nous renvoient dans un royaume lointain.

03 04

Autrefois, cette discipline était pratiquée par les membres de la famille royale. C’était un grand privilège de pouvoir danser devant la cour du roi. Depuis la reine Kossomak, grande protectrice de cet Art ancestral, il y a eu une évolution, en effet la danse classique khmère a été démocratisée, permettant aux jeunes filles khmères d’intégrer le corps du ballet.

Aujourd’hui la danse classique khmère est devenue l’emblème national, après les Temples d’Angkor, c’est l’identité de tout un pays. Les jeunes khmers du Monde entier essayent d’entretenir la flamme de notre Culture en la développant  dans différents pays à des kilomètres de sa terre d’origine. En France, aux Etats Unis, en Australie, nous sommes animés par une même passion. L’Association des Jeunes Bouddhistes Khmers (AJBK) réunit autour de cette Danse la jeune génération Khmère de France afin qu’elle n’oublie pas d’où elle vient. Nous voulons montrer que la Culture Khmère n’a pas encore disparue et reste toujours flamboyante et pleine de surprises. (Photo : la troupe de l’AJBK au spectacle de Dreux le 15/03/2014)

-Reaksmey