Comprendre l’exode des travailleurs Khmers depuis la Thaïlande

Comprendre l’exode des travailleurs Khmers depuis la Thaïlande

Reprenons depuis le début … Beaucoup de khmers quittent le Cambodge pour trouver un travail dans les pays voisins. Ceci est du au manque d’attention de la part du gouvernement cambodgien face aux personnes « non qualifiées » et les plus démunies. Les salaires trop bas, les conditions de travail horribles, et aucune loi du travail à proprement dit, conduisent à cet exode.

La Thaïlande est depuis des dizaines d’années, l’Eldorado de millier de familles cambodgiennes, qui y voit un potentiel de travail (et donc de salaire), plus alléchant que dans leur propre pays.

En Thaïlande, les Cambodgiens travaillent principalement dans la construction/bâtiment, l’agriculture ou les élevages de fruits de mer. Ils bénéficient d’un meilleur salaire en étant immigrés illégaux en Thaïlande que salariés au Cambodge (mais là, nous partons sur un autre débat…)

La plupart d’entre eux sont illégaux et travaillent « au noir » pour des entreprises thaïlandaises. Ces dernières voient dans les cambodgiens, une main d’œuvre pas chère et efficace, qui fait le « sale boulot », les taches dont les thaïlandais ne veulent plus. Ils acceptent également un salaire plus bas que les thaïs.

On compterait plus de 200 000 immigrés Cambodgiens en Thaïlande, dont 80 000 légaux.

22 Mai 2014, Coup d’état en Thaïlande

2014-05-22T111935Z_1406280854_GM1EA5M1HK502_RTRMADP_3_THAILAND-PROTEST_0

Le 22 Mai dernier, l’armée thaïlandaise prend le control du pays, mettant sur le banc de touche le « clan Taksin » (très proche du gouvernement cambodgien).

C’est alors que tout commence… La junte militaire a décidé de lancer une opération contre les travailleurs illégaux en Thaïlande. Cette opération touche toutes les nationalités, les khmers bien sur, mais aussi les birmans, les américains, les russes, etc… personne ne sera épargné.

Focalisons nous sur les cambodgiens … (en gardant en tête que, malgré tout, les peuples thais et cambodgiens se détestent depuis des décennies)

Bien que la junte militaire insiste sur le fait qu’il n’y aura pas de répression violente envers les travailleurs illégaux, les rumeurs fusent. Des travailleurs cambodgiens ont témoignés lors de leur arrivée à la frontière (Poipet), assurant que l’armée thaïlandaise les avait arrêtés, forcés à quitter leurs domiciles, le tout en les menaçant de violences s’ils refusaient d’obtempérer. Des coups de feu aurait été tirés dans le vide pour effrayer les familles.

« La junte militaire dément ces rumeurs, la confusion règne. »

Toutefois, la rumeur s’est propagée dans la communauté cambodgienne ; suite aux paroles de leurs confrères, une grande majorité de cambodgien a décidé de quitter la Thaïlande pour rentrer au pays. Ils ne se sentent plus en sécurité en Thaïlande, et leurs familles restées au Cambodge les somment de rentrer. Ils pensent que l’armée veut se débarrasser d’eux et que les soldats n’hésiteraient pas à tirer pour arriver à leur fin.

Depuis une semaine, des dizaines de milliers de Khmers ont passé la frontière à Poipet. Des trains plein à craquer, de longues files d’attentes en plein soleil, des camions remplis de personnes et de vivres, des regards perdus, effrayés, … c’est le tableau que nous pouvons voir actuellement au check-point de Poipet.

Personne n’est à même de dire si cette situation sera durable ou non, en attendant, les entreprises thaïlandaises risquent d’en prendre un coup car beaucoup de postes resteront vides, puisque les thaïs refusent ces emplois non qualifiés.

 Et du coté Cambodge ?

654118-des-travailleurs-illegaux-cambodgiens-a-poipet-dans-la-province-cambodgienne-de-banteay-meanchey-le-

Face à cet exode, le gouvernement et l’armée cambodgienne ont déployé des centaines de camions pour accueillir les travailleurs à Poipet et les conduire dans leurs provinces. Le ministre du travail s’est rendu en personne au poste frontière pour accueillir les migrants la semaine dernière. Madame l’ambassadeur du Cambodge en Thaïlande, Eat Sophea, a demandé à son peuple de rester calme et de ne pas croire les rumeurs sur les répressions de l’armée. D’après elle, les autorités thaïlandaises vont coopérer avec les autorités cambodgiennes pour gérer la situation au mieux.

Les autorités aux postes frontières ont recensé un grand nombre de femmes et enfants, plus que d’hommes. Il semblerait que les familles et amis restés au pays influencent beaucoup les travailleurs cambodgiens en Thaïlande à rentrer. Le gouvernement quant à lui, n’a à ce jour fait aucune déclaration officielle pour ses milliers de travailleurs.

La question est, comment ces migrants cambodgiens vont-ils se réintégrer dans l’économie cambodgienne, si fragile et instable ? Vont-ils rester au Cambodge ? Vont-ils tenter de revenir en Thaïlande ?

Le problème est irrésolu et ouvre de grandes questions quant à l’avenir de l’industrie et de la politique thaïlandaise, mais aussi sur l’avenir de tous ces travailleurs.

Sorya SKK