FREE THEM NOW

FREE THEM NOW

Freedom Park, Phnom Penh, le 15 Juillet 2014 au matin, neuf élus du CNRP (Cambodia National Rescue Party) ont été arrêtés et placés en détention par la police du gouvernement Cambodgien.

Mu Sochua, Keo Phirum, Nut Rumduol, Oeu Narith, Men Sothavrin, Long Ry, Real Khemrin, Khin Roeun, et Ho Vann sont notamment accusés «d’incitation à commettre des actes de violence» ainsi que «d’incitation à commettre un délit», allégations pouvant directement être remises en cause par plusieurs vidéos et photographies prises par des témoins de l’arrestation.

Ces évènements font suite à une énième manifestation des opposants au gouvernement en place au Cambodge, lesquels se heurtent maintenant régulièrement à la milice privée du régime qui n’hésite pas à avoir recours à la violence afin de durement les réprimer. De plus, depuis Janvier 2014, le régime Cambodgien de Hun Sen s’est arrogé le droit de bannir les manifestations et rassemblements publiques de l’opposition, décret dont la nature demeure pourtant fondamentalement anticonstitutionnelle et anti-démocratique.

Le gouvernement Cambodgien n’est est pas à son coup d’essai en ce qui concerne les arrestations d’opposants impartiales reposant sur des charges fallacieuses et infondées. Qu’ils soient victimes des expulsions forcées du district de Boeung Kak, comme Yorm Bopha; ou simples ouvriers des usines textiles des limites de Phnom Penh, manifestant pour des conditions de travail et un salaire décents.

Cette fois ci, le régime s’en prend directement aux officiels du parti d’opposition de Sam Rainsy, bafouant une nouvelle foi de par ses actes la liberté, et mettant en péril les droits humains au sein du Royaume du Cambodge.

C’est pourquoi nous appelons donc à la remise en liberté immédiate et inconditionnelle de Mu Sochua, des officiels du CNRP, ainsi que des deux anonymes arrêtés hier matin au Freedom Park et transférés aujourd’hui à la prison de Prey Sar.

L’association SAMAKI KOHN KHMER.