Khmers rouges, guerre civile, génocide...

Khmers rouges, guerre civile, génocide…

Un sujet tabou dans les familles et communautés cambodgiennes tant les plaies de ces blessures n’ont pas encore cicatrisées.

En cette année 2015, date « anniversaire » des 40 ans de la chute de Phnom Penh et du génocide cambodgien, pour nous « remémorer » et nous permettre de mieux connaitre l’histoire du Cambodge jusqu’aujourd’hui, nous vous avons préparé un petit article pour retracer cette période difficile. 

1510869_10206220667338474_3342874847870050299_n

Cela fait 40 ans exactement que le royaume du Cambodge a connu le génocide par les Khmers rouges sous le régime ultra-communiste de Pol Pot. Une tragédie douloureuse et inoubliable du siècle dernier : UN DES PIRES MASSACRES DE TOUTE L’HISTOIRE …

A l’arrivée au pouvoir des « khmers rouges » le 17 avril 1975, les troupes de Pol Pot entrèrent à Phnom Penh, la capitale fut entièrement dévastée de ses habitants soumettant la population à une dictature d’une sauvagerie sans exception.

Le peuple est réduit à l’esclavage.Les classes sociales sont proscrites, les artistes et intellectuelles martyrisées. Ils procèdent à des massacres pour imposer leur autorité et anéantir toute résistance. Les valeurs fondamentales de propriété privée, de liens familiaux et de religion sont détruites, brisées, interdites aux profits de la collectivité.

« Une marée humaine marchait, de l’aurore à la tombée de la nuit. Certains erraient sans destination. Les plus fatigués n’avaient pas droit au repos, les troupes des Khmers rouges les forçant à avancer, même la nuit. Beaucoup de cadavres gisaient sur les bas-­‐côtés, flottaient dans les étangs, les lacs ou les canaux. »

-­‐ Rémissa MAK.

Les « Khmers rouges » font le pari de transformer le Cambodge en une dictature d’une rare violence, en fondant l’économie du pays sur le nationalisme et le développement autocentré, pendant que le peuple est réduit à RIEN.

Entre 1975 et 1979, un quart de la population fut massacrée suite à la folie meurtrière de l’Angkar (nom du régime de Pol Pot). Le bilan compterai environ 2 millions de victimes…

C’est en 1979, que les « communistes » vietnamiens renversèrent le régime « khmers rouges » libérant le pays de la dictature sanglante et instaurant une République populaire du Kampuchéa. La chute du Régime Pol Pot, suivie d’une guerre civile jusqu’à la fin des années 90 qui plongea le Cambodge dans une extrême pauvreté.

40 ans après, le pays du sourire n’a toujours pas pansé ses plaies, la douleur et les souvenirs se transmet d’une génération à l’autre. Mais depuis peu, le royaume d’Angkor est relancé économiquement mais aussi démographiquement, un élan d’espoir pour la nouvelle génération qui se doit de redresser son pays.

Nous avons le devoir de faire un travail de mémoire, d’éducation et de justice qui paraît nécessaire pour affronter son passé, afin de bâtir son avenir et se relevé de son douloureux passé.