Nostalgie musicale, quand tu nous tiens…

Nous avons tous entendu nos parents chantonner un air de « Champa Battambang » ou « Chnam Aune 16 ». Oui, nous connaissons tous ces chansons qui ont soit bercé soit « pourri » notre enfance. Nous avons même maudit ces moments où nous étions obligés d’écouter les tantes, les oncles ainsi que les amis hurler dans le micro lors de ces soirées karaokés toujours très bien arrosées. Avec le recul, ces moments sont devenus des souvenirs spéciaux dans nos vies. Nous avons tous cherchés sur Youtube en nous disant « ahhhhh mais oui, je la connais ! » Le Cambodge a donc connu, connait et qui connaitra une grande évolution dans sa culture musicale.

Sans titre

« Baksei Chan Krung », l’un des premiers groupes de Rock cambodgiens

La période qui me tient à cœur car je suis une grande amoureuse du vintage, est entre les années 1960 et 1975, l’âge d’or du Cambodge.

La génération de nos parents ont connu cette fameuse époque « yéyé » venue de France, en entendant sur les ondes Sheila, Françoise HARDY, Johnny HALLYDAY ou bien Eddy MITCHELL. L’influence s’entend dans les voix de nos plus grands chanteurs comme SIN Sisamouth, ROS Sereysothea ou encore HOUY Meas.

La deuxième vague d’influence est bien sûre, le Rock’n’Roll. Le Cambodge a eu aussi ses fous de guitare et ses « rock bands » rebelles. D’ailleurs chaque année lors de la Fête des Eaux, « Bone Om touk », étaient organisés des concours de groupes musicaux, rock ou traditionnel. La musique a toujours été au cœur de notre culture.

Il ne faut pas oublier la musique khmère que je qualifierai de « traditionnellement festive ». Elle était à son apogée durant ces belles années. Toutes les sonorités que nous entendons aujourd’hui, ont été travaillées et développées durant cette époque. Roamvong, saravann, kontrem etc, nous font encore dansés. SIN Sisamouth est l’un des maîtres de la musique khmère. Il écrivait, composait et interprétait ses chansons. On ressentait qu’il avait la passion de son art. Il est rare de retrouver cela chez un artiste.

Nous avons tous passés de bons moments à écouter ces chansons. On se rend compte que cette musique nous a tous réunis au moins une fois dans notre vie. Nous avons dansé ensemble lors du Nouvel An et chanté à tue-tête « Loy, loy, loy, loy, Loy tenh snae hars ».

Finalement nous sommes tous pareils, ces moments de lassitude, de bonheur et de nostalgie, nous les avons vécu, non pas en même temps mais dans un même sentiment.

A bientôt les amis 😉