RELIGION ET CROYANCES KHMERES

By 15 décembre 2013Traditions

cambodge-moine-01_istock

RELIGION ET CROYANCES KHMERES

L’histoire religieuse du Cambodge (ancien Kampuchea) peut être divisé en trois périodes distinctes:

Le Bouddhisme des premiers temps appartenant à la tradition des moines Sona Thera et Uttara Thera,
Le Brahmanisme puissant et le Bouddhisme Mahayana (Grand véhicule),
La période du Bouddhisme Theravada introduit de Ceylan par le fils du roi Jayavarman VII.
Tout d’abord brahmaniste puis bouddhiste, le Cambodge ou ce qui était alors le Fou-nan et le Tchen-la, fut très influencé dans sa tradition par la culture et la pensée indiennes. Les brahmanistes et les bouddhistes mahayanistes cohabitèrent pendant un millénaire. Le Brahmanisme fut jusqu’au XIIe siècle la religion des rois, alors que le Bouddhisme se propageait parmi les gens du peuple. Au XIIe siècle, le roi Jayavarman VII (1181-1218) opta pour le Bouddhisme. Il fut un fervent pratiquant et devint l’un de ces grands rois bâtisseurs que connut l’histoire du Cambodge. Il fit ériger le sanctuaire du Bayon; centre géométrique d’Angkor Thom, qui constitue aujourd’hui l’un des plus grands et des plus beaux édifices du patrimoine mondial culturel.

INSTALLATION DU BOUDDHISME AU CAMBODGE (309 avant J.C.)

La permanence et la force du bouddhisme au Cambodge est l’un des traits caractéristiques de l’histoire khmère. Avant d’adopter la religion bouddhiste, le peuple khmer, de même que les autres peuples de la préhistoire, vénérait les éléments naturels : l’eau, la terre, le feu, le vent représentés par des génies et des divinités, et voyait dans les forêts ou les rochers des sources de salut. Ainsi s’explique que, de nos jours encore, se soit conservée la tradition de fêtes rituelles dédiées à ces génies tutélaires. L’avènement du Bouddhisme fut un remède contre toutes ces croyances et superstitions sans pour autant les rejeter. Elles furent parfois intégrées comme des pratiques bouddhistes.

L’introduction du Bouddhisme au Cambodge remontait au IIIème siècle de l’ère bouddhique c’est-à-dire en l’an 250 avant JC. Selon des sources cinghalaises, le Bouddhisme s’installa vraiment au Fou Nan en l’an 309 avant JC. Selon les annales chinoises, le Bouddhisme ancien fut prospère au Cambodge au moins jusqu’au Vème siècle de l’ère chrétienne.

BOUDDHISME THERAVADA (Langue Pali)

Le roi Jayavarman VII envoya en outre un de ses fils à Ceylan pour s’instruire dans la religion du Bouddha ; le fait est relaté dans les Annales birmanes. Les historiens en déduisent que ce prince fut le premier à propager au Kampuchea le Bouddhisme theravadin de Ceylan.

Cette période a vu s’installer définitivement au Cambodge le Bouddhisme Theravada (langue pali), tandis que le Brahmanisme et le Bouddhisme du Mahayana, perdant progressivement leurs adeptes, finissaient par disparaître. Des temples brahmaniques furent transformés en pagodes et, sur l’autel, la statue du Bouddha remplaça le linga.

Tant de pagodes, aujourd’hui, dans le royaume khmer, pointent leurs toits vers le ciel, tant de bonzes, portant avec noblesse l’ample toge jaune, sillonnent le pays, que les étrangers l’appellent souvent :  » Le pays des bonzes ».

Ce renouveau du Bouddhisme ancien toucha par vagues successives la Birmanie, la Thaïlande, le Cambodge et le Laos. En un siècle ou deux, tous ces territoires devinrent, et demeurent toujours de fervents pays bouddhistes Théravada.

SOURCE 

Victoria S.K.K.

victoriasamaki

Author victoriasamaki

More posts by victoriasamaki

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :